Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 20 Aoû 2019 11:50



Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
 [Ex] Claude Fichaux 
Auteur Message
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Mai 2003 23:27
Messages: 37510
Localisation: Strasbourg
L'Alsace a écrit:
Claude Fichaux à  Lille

L'enfant de Sigolsheim, entraîneur des 18 ans du RCS, s'engagera ce matin au LOSC comme adjoint de Rudi Garcia. Une jolie promotion.

Son ami et ex-partenaire des SR Colmar et du FC Mulhouse, Marc Keller, l'avait fait venir au Racing en 2002. Sept années plus tard, l'ancien pro Claude Fichaux (40 ans), qui a d'abord entraîné les 16 ans, avant de s'occuper des 18 ans durant cinq ans, va quitter le RCS pour Lille où il est arrivé hier. Un départ précipité qui n'a pas laissé le temps aux dirigeants alsaciens de lui trouver un successeur. Le directeur du centre de formation Jean-Marc Kuentz assure que le poste sera pourvu avant ses vacances dans deux semaines. C. Fichaux deviendra ce matin le 2e adjoint de Rudi Garcia (Ndlr : le premier est Frédéric Bompard). Il retrouve ainsi un club dans lequel il a évolué comme joueur de 1990 à  1994.

Claude, comment s'est décidé votre départ pour Lille ?

Très vite. Rudi, que j'avais connu à  Saint-Etienne lorsque j'étais joueur et lui, adjoint de Robert Nouzaret, a été réintégré jeudi comme coach. Il m'a appelé vendredi après-midi pour me proposer de devenir son adjoint. Le soir, lors d'un repas au centre de formation, je m'en suis ouvert à  Jean-Marc Kuentz et Léonard Specht en leur demandant si le Racing accepterait de me libérer de ma dernière année de contrat. Tous deux ont considéré qu'ils ne pouvaient pas faire obstacle à  ce qui constitue pour moi une promotion. Jean-Marc me l'a confirmé officiellement lundi. Aujourd'hui (hier), je suis à  Lille. Nous sommes d'accord. Je signerai ce jeudi matin un contrat d'un an, plus deux en option. J'organiserai notamment une ou deux séances supplémentaires par semaine pour les jeunes pros.

Pourquoi seulement une année ferme ?

Parce que Rudi, qui me connaît certes très bien, a besoin de voir comment je travaille. C'est normal. Pour moi, c'est moins une question de durée que de challenge à  relever. Après 6 ou 7 ans à  la formation, je vais découvrir un autre rôle. Depuis quelques heures, je suis à  Luchin, un centre d'entraînement ultra perfectionné. C'est une opportunité que je ne pouvais pas refuser. D'autant que je reviens dans un club où je connais encore une bonne dizaine de personnes et une région où j'ai beaucoup d'amis hors foot. A moi d'être à  la hauteur.

Vous quittez l'Alsace et le Racing…

Je pars du RCS en très bons termes. Je n'oublie pas que c'est là  qu'on m'a donné ma chance, qu'on m'a permis d'apprendre ce métier. Vous savez, Gilbert Gress et Pascal Janin y sont bien revenus plusieurs fois. J'y reviendrai peut-être un jour.

Recueilli par S.G.

_________________
L'histoire est en marche ...


25 Juin 2009 8:56
Profil Site Internet
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Aoû 2005 16:52
Messages: 12122
Localisation: expatrié à Los Angeles ...
Je ne connais son nom que via FM manager ! ;)

_________________
"Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" Nietzsche.
Image


25 Juin 2009 11:58
Profil
En ligne
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Déc 2004 1:21
Messages: 14712
J'espère qu'il ne va pas emmener à  Lille les meilleurs jeunes Strasbourgeois, déjà  qu'ils ne sont pas nombreux ....


25 Juin 2009 12:12
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Mai 2003 23:27
Messages: 37510
Localisation: Strasbourg
L'Alsace a écrit:
Claude Fichaux, de l’ombre à la lumière

Né à Colmar, ancien joueur professionnel du FC Mulhouse et du Racing Strasbourg, Claude Fichaux, aujourd’hui adjoint de Rudi Garcia au LOSC, a décroché avec Lille le titre de champion de France de football. Une belle récompense pour ce technicien de l’ombre.

La scène se passe le 21 mai dernier au soir, dans la salle de presse du Parc des Princes. Champion de France depuis quelques minutes seulement, après le match nul de son équipe face au PSG (2-2), Rudi Garcia est attendu par une meute de journalistes. Selon le programme officiel, l’entraîneur lillois doit en principe venir seul. Mais il débarque finalement flanqué de cinq petits hommes aux tee-shirts rouges et aux sourires en bandoulières. « Mon staff », lance alors fièrement le coach à l’assistance. « Si je ne suis pas venu tout seul, c’est pour une fois mettre en lumière tous ceux qui travaillent avec moi, poursuit-il. Ce sont eux qui ont permis aux joueurs de réaliser ce doublé. On est une vraie équipe, soudée. »

Tout est dit. Aux côtés du docteur, de l’entraîneur des gardiens, du premier adjoint, du préparateur physique et de Rudi Garcia, le Colmarien Claude Fichaux, 41 ans, est aux anges, comme en apesanteur. Ivre de bonheur, il tente de s’approprier chaque seconde et de réaliser l’exploit. Il n’y parviendra pas. Car ce n’est que le lendemain, perché sur l’autobus à impériale rouge qui traversait la cité lilloise dans une liesse indescriptible, que le 2 e adjoint de Garcia allait véritablement ouvrir les yeux. « Oui, c’est lorsque j’ai vu les dizaines de milliers de personnes chanter et danser dans les rues que j’ai saisi la portée de notre doublé coupe-championnat. Ce n’est que ce jour-là que j’ai compris ce qu’une équipe de foot pouvait apporter comme bonheur et comme fierté à une population. C’était juste énorme. Ça dépassait même le cadre du foot. D’un coup, Lille n’était plus cette ville que l’on dit bourgeoise et réservée par rapport à ses voisines du Nord comme Lens. C’était la folie à chaque coin de rue. »

Humble et réservé, l’ancien joueur du FC Mulhouse (1988 à 1990) et du Racing Strasbourg (2002-2003) ne prononcera pas le mot, mais c’était alors aussi pour lui une vraie récompense.

« Les mecs sont des acharnés de boulot »

Une conclusion presque logique après vingt années passées à sillonner le monde du foot pro et deux saisons à servir le LOSC. « Une chose est claire, c’est pour vivre des moments comme ceux-là que je me lève chaque matin et que j’essaye toujours de donner le meilleur de moi-même. Gagner un titre, c’est quelque chose de magique. Ça donne un sens à tout ce que l’on fait. Et c’est encore plus beau quand on a l’intime conviction que c’est mille fois mérité. »

Présent dans l’intimité du groupe lillois depuis l’été 2009, Claude Fichaux est forcément l’un des mieux placés pour mesurer le travail et les progrès accomplis par les Mavuba, Hazard, Rami et consorts. « Parce qu’ils sont tous potes et rigolent presque toujours lors des interviews, les joueurs donnent parfois l’impression d’être insouciants et de n’avoir gagné que sur leur simple talent intrinsèque, dit-il. Mais les mecs sont aussi des acharnés de boulot ! En deux ans, je n’ai jamais vu un joueur rechigner avant une séance athlétique ou tactique. C’est un signe fort. Le groupe a pris le pas sur les individualités. Ils ont avancé tous ensemble depuis trois ans et je crois que rien ne pouvait les arrêter cette saison. »

Responsable de la partie technique lors des entraînements, chargé d’entraîner les joueurs qui n’effectuent pas les déplacements et d’assurer la collaboration entre le centre de formation et le groupe professionnel, l’ancien milieu de terrain n’a jamais eu l’occasion de se tourner les pouces cette saison.

« Rudi Garcia sait gérer tous les paramètres »

Contrairement à d’autres techniciens de Ligue 1, « Rudi Garcia délègue beaucoup », explique-t-il, tout en assurant que le doublé lillois est « d’abord celui de Rudi ». « Ce qu’il a fait avec Lille depuis trois ans est une leçon pour tout le monde. Il a démontré qu’avec du temps et de la compétence, on peut arriver au sommet. Avec lui, on s’éclate et on apprend. Travailler avec un homme qui donne la priorité au jeu, à la percussion et à la technique, c’est d’abord un plaisir. En deux ans, je ne l’ai jamais entendu dire : ‘’ Ce week-end, on y va pour chercher le match nul ‘’. Il s’inspire beaucoup du foot espagnol et prône la verticalité dans le jeu. Et puis son management est, selon moi, proche de la perfection. Il est exigeant avec ses joueurs, sans jamais être dur. Il sait gérer tous les paramètres, sur le terrain comme en dehors. Franchement, c’est un exemple. »

Un exemple que le Haut-Rhinois s’attachera à suivre un jour ou l’autre à la tête d’une équipe professionnelle ? Pour le moment, il n’y songe pas. « Je suis très bien là où je suis. Je ne ressens pas l’envie d’être absolument dans la lumière. Je ne suis pas un carriériste. Le rôle du lieutenant fidèle me va tout aussi bien. » Le sergent Garcia peut dormir sur ses deux oreilles.

« Content pour Colmar »

Bien qu’« exilé » dans le Nord, Claude Fichaux garde un œil très attentif sur l’actualité alsacienne et plus particulièrement sur « ses clubs de cœur » (FC Mulhouse, SR Colmar et Racing Strasbourg). « Mon premier réflexe le matin est de filer sur internet et de lire la presse régionale, dit-il. J’ai été très heureux d’apprendre le maintien des SR Colmar en National. C’est un club qui bosse bien. Je suis évidemment beaucoup plus inquiet au sujet du Racing Strasbourg. Il y a à l’évidence des choses qui ne vont pas, même si je me garderai bien de donner un avis ou un conseil, étant donné que je ne maîtrise pas tout le sujet. J’en saurai plus dans quelques jours lorsque je verrai François Keller (l’actuel entraîneur de la réserve du RCS) à l’occasion du barbecue que nous organisons chaque année entre tous les anciens vainqueurs de la Gambardella en 2006. C’est notre petit rituel. Je vais aussi retrouver Grimm et Zerbini qui me donneront des nouvelles des SRC. J’ai hâte de revenir dans la région. »

Pierre Chatelus

_________________
L'histoire est en marche ...


1 Juin 2011 10:10
Profil Site Internet
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 21:07
Messages: 17163
Localisation: Strasbourg
L'Alsace a écrit:
Fichaux vogue à Lille

Adjoint fidèle de Rudi Garcia depuis 2009, le Colmarien Claude Fichaux s’épanouit au sein d’un LOSC à la progression exponentielle. « L’Alsace » a exploré son univers en milieu de semaine passée.

C’était les mardi 18 et mercredi 19 octobre, juste avant et sitôt après la défaite au Stadium Lille Métropole contre l’Inter de Milan en Ligue des champions (0-1), presque oubliée depuis avec le succès de dimanche contre Lyon (3-1). Après avoir convié « L’Alsace » à une découverte du domaine de Luchin, le centre d’entraînement du LOSC, et à la séance de lendemain de match, Claude Fichaux s’est confié en deux temps. Sans détour.

L’enfant de Sigolsheim, natif de Colmar, est l’adjoint de Rudi Garcia à Lille depuis le 25 juin 2009, chargé de la liaison entre le groupe pro et le centre de formation. L’ancien défenseur (426 matches de Ligue 1 et Ligue 2) a rejoint les Dogues à la demande du coach nordiste. Dans des circonstances plutôt inhabituelles. « À l’époque, Rudi avait été viré au terme de sa première année. Il a été réintégré un jeudi et m’a appelé le jour même. Le soir avait lieu le repas de l’association RCS. J’ai demandé à Léonard Specht (éphémère président du Racing de juin à août 2009) et Jean-Marc Kuentz (directeur du centre de formation) de me libérer de ma dernière année de contrat à Strasbourg (où il entraînait les U 18) . Léo a accepté en me disant qu’il ne pouvait pas me priver d’une telle opportunité. Il ne m’a pas fallu longtemps pour me décider. Ma femme avait passé quatre années en fac à Lille. Quand je lui en ai parlé, c’était réglé en un quart d’heure. »

Le Haut-Rhinois, ami d’enfance de Marc Keller, doit donc ce nouveau virage professionnel à la relation qu’il entretient depuis 1998-1999 avec Garcia. « Rudi démarrait sa carrière et était l’adjoint de Robert Nouzaret à Saint-Etienne où je jouais. Nous avons été champions de France de Ligue 2. Je ne l’ai côtoyé qu’un an. Mais nous sommes toujours restés en contact. Nous sommes proches sans être intimes. En 2009, mon prédécesseur, Pascal Plancque (récemment intronisé à Boulogne), n’a pas été conservé. Le poste était vacant. J’avais trois atouts : j’étais un ancien joueur du LOSC (1990-1994) , un ex-pro et je sortais de sept ans à la formation à Strasbourg. Rudi a pensé à moi pour un rôle qui m’occupe à 70 % chez les pros et 30 à la post-formation. »

Une fois encore, son avenir s’est dessiné au gré d’une rencontre. « La vie en est faite. J’ai passé mes diplômes d’entraîneur durant ma carrière de joueur. Quand Marc m’a demandé en 2002 de venir au Racing encadrer la CFA et préparer ma reconversion, mon ancien club, Le Mans, me proposait le même challenge. Didier Notheaux voulait m’engager comme joueur à Valence. Mais j’ai préféré saisir l’occasion de revenir en Alsace et retrouver un ami d’enfance. Je ne remercierai jamais assez Marc de ce qu’il a fait pour moi à l’époque, ni Rudi de m’avoir fait venir en 2009. »

« J’ai eu une petite appréhension »

Le statut du club nordiste n’a d’ailleurs pas été un élément déterminant dans son dernier choix. « J’ai la chance d’exercer un métier où je prends beaucoup de plaisir. Et je peux le prendre avec des pros comme avec des jeunes. D’ailleurs, émotionnellement, la victoire du RCS en Coupe Gambardella 2006 est, à titre personnel, plus forte que celle de Lille en Coupe de France au printemps. Parce qu’à Strasbourg, j’étais coach n° 1. Quand tu es adjoint, tu t’appropries moins la victoire. C’est normal. En fait, en venant à Lille, j’ai été séduit par la perspective d’une nouvelle expérience. J’allais côtoyer à nouveau des pros. J’avoue avoir eu une petite appréhension. Car même un ex-pro comme moi doit se forger une légitimité. Mais j’ai très vite été rassuré par l’état d’esprit des joueurs qui sont de gros bosseurs, à l’image de la région. Je connaissais bien Rudi. Frédéric Bompard aussi, que j’avais croisé dans des stages d’entraîneurs. Mon adaptation dans le staff s’est faite très vite. Chacun connaît sa place et sait y rester. L’harmonie dans le travail contribue à l’épanouissement que je recherche et explique aussi la progression linéaire du club. »

Une progression qu’il espère accompagner le plus longtemps possible. Au moins jusqu’en 2014, terme de son engagement.

« Peiné pour le Racing »

Arrivé en 2002 au RCS comme joueur pour encadrer l’équipe réserve, Claude Fichaux, intime de Marc et François Keller, est un témoin attristé de la descente aux enfers du club phare de sa région natale : « Je reste très attaché au Racing. J’y ai passé sept très belles années à la formation. C’était comme une famille. Je suis sans doute l’un des plus peinés de voir ce qu’est devenu le club. Mais j’espère que François (Keller), Guy (Feigenbrugel, l’intendant) et Jean-Marc (Kuentz, directeur du centre), qui sont compétents et dévoués, vont récolter le fruit du travail qu’ils ont accompli depuis des années en étant ceux qui redresseront le RCS sportivement. »

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


27 Oct 2011 12:32
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 5 messages ] 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com